Livraison gratuite

Sur nos envois en Belgique

à l'achat de 100€TTC!

Article récent

  • Trois questions à Alexiane Wyns, auteure...

    Thu, 14 Jun 2018

    RGPD, une menace ou une opportunité pour les PME ?

    Trois questions à Alexiane Wyns, auteure de

    Posted by Isabella Fanara

    0 Commentaire

  • Trois questions à Stéphanie...

    Thu, 24 May 2018

    En cours de consultation, quelle a été la situation la plus surprenante que vous avez vécue ? Toutes les situations p...

    Trois questions à Stéphanie Degrave, auteure de

    Posted by Isabella Fanara

    0 Commentaire

  • Trois questions à Anne Mauhin, auteure...

    Wed, 16 May 2018

    En quoi la nouvelle loi sur les marchés publics facilite-t-elle la vie des ASBL ? La nouvelle législation relative aux march...

    Trois questions à Anne Mauhin, auteure de

    Posted by Isabella Fanara

    0 Commentaire

  • Trois questions à Geneviève Smal,...

    Thu, 15 Feb 2018

    Geneviève Smal sort une deuxième édition de son livre sur la prise de parole en public. Un livre pour se (re)mettre en confiance !

    Trois questions à Geneviève Smal, auteure de « La parole en public pour les timides etc. »

    Posted by Isabella Fanara

    0 Commentaire

Commentaire récent

Il n'y a pas de commentaire

Transmettre une société - Questions à Maître Paul Crahay

Transmettre une société - Questions à Maître Paul Crahay

La transmission d’entreprise est un processus complexe, technique et souvent empli d’émotions. Idéalement, combien de temps à l’avance faudrait-il aborder ce processus ?

Il faut compter quelques semaines ou quelques mois pour préparer la transmission si on est cédant, en particulier pour évaluer l’entreprise, analyser les incidences fiscales et successorales, établir un memorandum d’information destiné au candidat acheteur, et le cas échéant, examiner les offres ou lettres d’intention.

Si vous aviez un message à faire passer aux responsables d’entreprise qui transmettent leur société, quel serait-il ?

Que l’on soit cédant ou repreneur, il faut se faire conseiller par un juriste dès le moment où sont rédigés les documents et accords préliminaires, tels que des offres ou des lettres d’intention. Ces documents peuvent lier leurs auteurs beaucoup plus que ce qu’ils imaginent. Et, à supposer même qu’ils ne les lient pas, il est difficile en négociations de revenir sur ce qui a déjà été en principe accepté.

Si l’on est le repreneur, on veillera à introduire dans la convention de cession des garanties conventionnelles qui le garantiront notamment contre les risques d’une sous-évaluation du passif ou une surélévation de l’actif de la société.

Si l’on est le cédant, on veillera à limiter ces garanties notamment dans leur durée et dans leur montant (un pourcentage du prix des actions).

Fri, 15 Dec 2017

Publié parIsabella Fanara

0 Commentaire

Commentaire (0)

Ecrire un commentaire

Reload

Continuer