Article récent

Commentaire récent

Il n'y a pas de commentaire

Trois questions à Pierre Jamme

Trois questions à Pierre Jamme

À qui s'adresse ce manuel et comment l'utiliser ?

Aussi, sa lecture pourra intéresser d'une part ceux qui ont à charge ou voudraient s'engager dans une tâche de formateur à l'éducation musicale et souhaitent confronter leurs propres représentations du métier à d'autres représentations, d'autre part à tout qui voudrait s'aventurer dans le compréhension, voire même l'exercice, du langage musical alors qu'il serait rebuté par la relative opacité de celui-ci.

Ce livre est un récit, un témoignage et n'a pas la prétention de donner des leçons. Je cherche juste à partager une expérience, à la fois personnelle - moi en tant que formateur avec mes questionnements et mes tentatives de réponse - et institutionnelle – dans quel cadre et dans quelles conditions j'ai pu mener à bien cette histoire.

On lira donc l'ouvrage comme un guide de voyage, qui ne dit pas ce qu'il faut faire mais ce qu'il est possible de faire, et qui a été fait quelque part par quelqu'un à un certain moment. Libre au lecteur de s'en inspirer ou pas.

Tout le monde peut-il apprendre la musique ?

Pourquoi pas ? Se pose-t-on la question quant aux mathématiques, la gymnastique, une langue étrangère, le dessin... ? Pas vraiment, tout le monde y passe, avec plus ou moins de bonheur certes mais sans contre-indications particulières sauf cas pathologiques. Et la pratique musicale n'est pas un cas à part, elle n'est pas accessible qu'aux extraterrestres. L'efficacité des apprentissages, quel qu'en soit l'objet, dépendra de l'adéquation entre les prédispositions individuelles et la pertinence des dispositifs pédagogiques mis en place. Pas de la matière elle-même.

Quelles recommandations donneriez-vous à tout aventurier désirant enseigner l'art de la musique ?

Enseigner quoi que ce soit n'est pas partir à l'aventure, c'est un métier qui s'apprend. Et enseigner « l'art » de la musique ce sont « des » métiers qui peuvent être bien différents : animer des ateliers d'éveil musical en milieu préscolaire demande d'autres compétences qu'enseigner la clarinette dans un conservatoire royal. La seule recommandation que je me permettrais de faire est de positionner lucidement son curseur, en tant qu'enseignant, sur la dialectique suivante : dans le cadre de mon cours, la musique est-elle au service de l'apprenant ou l'apprenant est-il au service de la musique ?

Mon, 8 Jul 2019

Publié parIsabella Fanara

0 Commentaire

Commentaire (0)

Ecrire un commentaire

Reload

Continuer